Le métier

"Vetus admodum res est mercari. sed & sapere. ut nesciam, an à Sapientia profectam esse mercaturam, an ab hac Sapientiam fluxisse, statuere debeam. Illud certum, mutuam semper operam haec studia praestisse, cum sine mercium permutatione humanis necessitatibus consuli non posse sapientes crediderint, & per eandem rursus magnis incrementis ad prudentiam iri in confesso sit."


"Le commerce est une chose très ancienne, mais la recherche de la sagesse l'est tout autant, au point que je ne saurais dire ce qu'il convient de décider: si le commerce a trouvé son origine dans la sagesse ou si la sagesse est dérivée du commerce. Ce qui est certain, c'est que les deux travaux se sont prêtés un mutuel concours, puisque selon les philosophes, sans l'échange de marchandises, on ne saurait pourvoir aux besoins humains et que c'est en retour, grâce à cet échange que l'on avance à grands pas vers la sagesse..." 



Caspar BARLAEUS: "LE MARCHAND PHILOSOPHE" ou DISCOURS sur l'union du commerce et de la philosophie, tenu à l'occasion de l'inauguration de l'Ecole Illustre d'Amsterdam, le 9 janvier 1632. (Catherine Secrétan: texte et traduction, Honoré Champion 2002, Paris)

Présenter son métier à la lumière de Caspar BARLAEUS, c'est vouloir le hisser à un niveau d'exigence que seules la patience et la rigueur permettent de ne pas prendre pour de la simple prétention. Le "Mercator Sapiens" n'est pas tant un alibi culturel que la figure emblématique du commerce dans son acception la plus digne d'intérêt et par conséquent la plus prometteuse. Il ne s'agit pas de donner une nouvelle signification au commerce et de le costumer à son tour en un nouveau produit, mais de faire en sorte que l'objet corresponde à ce qu'on lui fait dire. Ici, l'instrument de musique: Œuvre d'art - objet technique - historique - objet symbolique... il donne autant lieu à un discours argumenté qu'il peut être lui-même l'argument d'un discours. Car ce n'est pas l'objet qui change, mais le sens qu'on lui donne. L'antiquaire se veut lui aussi un "jeteur de sens" et il vit de ses sorts quand ces derniers apportent du plaisir à ceux qui le souhaitent et qui ont la chance de pouvoir en être les destinataires. Plaisir du sens donc, plaisir de la connaissance et de ce qui la nourrit, lui tient lieu d’étonnement, de rencontre, d’apaisement et d’ivresse… Plaisir des sens… Il me plait du moins de le voir ainsi! D'où la volonté pleinement délibérée de présenter des pièces de haute tenue mais de tout niveau social, pourvu que le sens donné n'y soit pas en mauvaise part.


Soyez les bienvenus...

 

(à suivre...)